Archive | décembre, 2019

La société de confiance – Chronique aux Echos

6 Déc

Il y a vingt-cinq ans, Alain Peyrefitte écrivain et homme politique nous quittait. Dans « Le Mal français », il expliquait, après quarante ans de vie politique, combien la France était difficile à gouverner. Alain Peyrefitte a eu la chance d’échanger avec le général de Gaulle, en tête à tête, quotidiennement pendant plus de dix ans. « C’était de Gaulle » restitua les réactions du grand homme aux événements de l’époque. Tout le monde connaît « Quand la Chine s’éveillera », fulgurante anticipation qui permit à la France d’être le premier pays à reconnaître les potentialités de ce pays continent.

La partie peut-être la plus intéressante de son oeuvre est la réflexion qu’il a entreprise, une fois à la retraite. Il s’est alors plongé dans l’économie en cherchant à percer le mystère du développement : quelles sont les conditions qui font que les économies décollent ? Il a mis en évidence le « tiers facteur » qui n’est ni le capital ni le travail mais… le climat de confiance !

Dès qu’on arrive à installer un climat de confiance, les pays se mettent à tourner. Trois ingrédients dans cette recette miraculeuse : il faut d’abord que les gens aient confiance en eux, difficile équilibre entre modestie excessive et arrogance qui fait que quelqu’un s’épanouit ; il faut ensuite qu’ils aient confiance les uns dans les autres (rien ne vous fait autant de bien que de savoir qu’on a confiance en vous !). Mais ça ne suffit pas, surtout dans le cas des Français, encore faut-il avoir confiance dans la stratégie ! C’est ce que Napoléon avait très bien compris en allant sur le terrain expliquer lui-même aux grognards, la veille de la bataille, la stratégie du lendemain.

 

Ces recettes sont concentrées dans un dernier ouvrage « La Société de confiance ». En ces temps où les Français doutent et se méfient de tout, alors qu’ils sont talentueux et pourraient faire des merveilles, il faut impérativement lire, méditer et discuter ce bijou, un des plus beaux legs des périodes gaullienne et pompidolienne. L’idée la plus fine, en hommage à ce grand homme, consisterait à éditer « La Société de confiance » dans un format qui permettrait de le vendre à 7 euros et, osons l’idée, l’introduire dans les cours d’économie de terminale.

 

Retrouvez d’autres articles sur le site http://www.lesechos.fr

L’Allemagne reste un modèle à suivre – Chronique aux Echos

2 Déc

L’usine Tesla de Berlin : belle affaire pour l’Allemagne, bravo ! Trois milliards d’investissements dans une filière d’avenir et 10.000 emplois directs, sans compter les partenariats qui vont se nouer. Nous avions des arguments en face, pourquoi n’avons-nous pas réussi ? Il y a eu peu de commentaires en France sur cette annonce. On pourrait pourtant chercher à comprendre pourquoi l’Allemagne a gagné, là où nous avons échoué.

Et si les personnes à féliciter étaient tout simplement Hartz et Schröder ? Rappelons-nous les années 2000 : l’Allemagne était l’homme malade de l’Europe ; sa sphère publique, enflée par les coûts du rapprochement avec l’Est, occupait 55 % du PIB (la nôtre était alors à 54 %). La politique allemande a consisté à s’attaquer aux dépenses publiques et sociales, notamment en réduisant les indemnités de chômage, en retardant l’âge du départ à la retraite, en préférant le temps partiel au RSA et en introduisant un ticket modérateur dans les dépenses médicales. Tout le monde s’est remis au travail, la dépense publique est tombée en dix ans à 44 % du PIB, baissant le coût d’opération sur le territoire allemand ainsi que les impôts. L’Allemagne a aujourd’hui des budgets et un commerce en excédent, elle réduit sa dette et, cerise sur le gâteau… elle est devenue attractive !

Nous avons, depuis 2004, fait l’inverse en continuant à laisser filer les dépenses publiques et sociales à 57 % du PIB, endettant, chaque année un peu plus, notre Etat. Bien évidemment, les impôts ont grimpé. Notamment les impôts de production sur les entreprises.

S’il suffisait de booster ses sphères publiques et sociales pour créer de l’activité, quitte à lâcher les déficits, nous aurions la plus forte croissance mondiale ! Regardons les faits depuis dix ans : l’industrie allemande nous met dans la vue chaque année très exactement 1,5 % de croissance.

Oublions les théories, et copions les politiques qui marchent. Dans un monde concurrentiel, il faut être compétitif. Que l’affaire Tesla soit l’occasion d’une prise de conscience et nous pousse à adopter, comme ils l’ont fait il y a quinze ans, une politique de compétitivité.

Retrouvez d’autres articles sur le site des Echos

www.lesechos.fr