Archive | mai, 2018

Comment aider (vraiment) la presse ? Chronique aux Echos

15 Mai

1024px-les_echos_logo-svg

Nos médias écrits, rouages intimes de nos sociétés, permettant l’information, la réflexion et le débat, connaissent en ce moment des bouleversements profonds.

Ces transformations technologiques affectent les bases de leur fonctionnement au point qu’une réflexion (qui concerne aussi les lecteurs) devient indispensable. Il est loin le temps où la presse écrite vivait exclusivement de ventes en kiosque et d’abonnements (la source la plus incontestable de leur financement). La publicité fut une première innovation, mais elle eut des conséquences : à partir du moment où elle représente plus de 50 % des recettes, une régie publicitaire peut essayer – sans forcément toujours le réaliser – de vendre ses lecteurs aux annonceurs ! La tentation est alors grande pour certains d’entre eux d’influencer le contenu éditorial en passant leurs commandes.

Seconde raison pour installer une solide gouvernance, l’Etat et, disons-le, le pouvoir politique sont entrés dans le jeu, distribuant des subventions non négligeables… ce qui, reconnaissons-le, n’est pas très sain ni pour les journaux, ni pour la puissance publique.

Depuis une quinzaine d’années, l’évolution continue de plus belle : Internet déplace la publicité vers Google, Facebook ou YouTube, tandis que la numérisation des supports vide progressivement les kiosques. Cette nouvelle pression sur les comptes risque de freiner la capacité des médias à bien rémunérer leurs journalistes, alors qu’on n’ a peut-être jamais eu autant besoin d’eux. Et, le négatif se vendant mieux, certains titres sont poussés à la recherche du spectaculaire qui attire mieux le chaland. Ces dérives contribuent à donner une image inexacte de la réalité, rendant plus difficile la nécessaire réflexion. Cela dit, tout n’est pas négatif en cette période : l’abonnement, qui est le mode de financement le plus responsable du point de vue du lecteur, rentre à nouveau dans les moeurs, sur le modèle de ce qui se passe avec la musique.

Que diraient donc nos députés d’une proposition de loi décapante autorisant à déduire ses abonnements aux médias des revenus imposables, la réduction des recettes fiscales étant compensée par l’arrêt des aides à la presse ?

L’État doit-il subventionner les journaux gratuits pour leur survie? Article de Christian Rioux, correspondant à Paris

15 Mai

LOGO-LEDEVOIR

Vue d’Europe, la conversion annoncée du quotidien La Presse en un organisme sans but lucratif a de quoi étonner. Pionniers dans le domaine des aides à la presse écrite, les pays européens n’ont en effet jamais eu de réticences à subventionner des journaux appartenant à de riches familles ou à de grands conglomérats, pourvu que leurs états financiers soient transparents. Nulle part en Europe, on n’a vu de grands quotidiens se convertir en OSBL pour avoir accès à des subventions de l’État. Par contre, dans la plupart de ces pays, on demeure très réticent à subventionner des journaux gratuits, comme La Presse, pour lesquels les lecteurs ne sont pas prêts à débourser un minimum d’argent pour s’abonner ou acheter un exemplaire.

Dans la liste des 300 journaux français qui se partagent une cagnotte de plus d’un milliard d’euros, on ne trouve qu’un seul quotidien gratuit (Direct Matin), qui n’a reçu que quelques milliers d’euros d’un fonds lié à la presse en ligne. L’essentiel de cette aide va aux grands quotidiens nationaux comme Le Parisien (7,7 millions), Libération (6,4 millions), Le Figaro (6,4 millions), Le Monde (5,4 millions) et La Croix (4,4 millions). Or, la plupart d’entre eux sont la propriété de groupes comme Dassault pour Le Figaro et LVMH (Bernard Arnault) pour Le Parisien, ou d’entrepreneurs privés comme Xavier Niel (Free Mobile) et Mathieu Pigasse (Banque Lazard) pour Le Monde. Ces aides comprennent aussi bien des aides directes, destinées à assurer la diversité de l’information, qu’indirectes comme un taux de TVA (taxe sur la valeur ajoutée qui est un impôt indirect sur la consommation) réduit à 2,10 %, l’aide de la poste, au portage ou à l’Agence France-Presse.

1 milliard
C’est la somme en euros que se partagent quelques 300 journaux français

En France, où les aides à la presse existent depuis 1796, la demande des journaux gratuits comme Métro et 20 Minutes de bénéficier de ces aides directes a toujours été repoussée. Et cela, même si après avoir été une poule aux oeufs d’or, la presse gratuite perd aujourd’hui de l’argent à cause de la chute des revenus publicitaires. « Il est normal que la presse gratuite soit exclue de ces aides, explique l’ancien député socialiste Michel Françaix, auteur d’un rapport sur les aides à la presse. À partir du moment où l’on choisit de ne s’appuyer que sur les revenus publicitaires, et non plus sur la contribution des lecteurs, on ne peut pas décider de manger à tous les râteliers. »

Pour Claude Chollet, président de l’Observatoire du journalisme, la gratuité représente une forme de dumping à l’égard des autres médias. Il n’est donc pas question de l’encourager. « Il ne serait pas normal d’aider un journal qui ne s’appuie pas sur le soutien de ses lecteurs, dit-il. Il n’y aura jamais de presse de qualité sans le soutien des lecteurs. »

Avec un marché de la publicité qui est aujourd’hui phagocyté par Google et Facebook, il est normal que la presse de qualité s’appuie de plus en plus sur la contribution de ses lecteurs

Ailleurs en Europe

C’est le même esprit que l’on retrouve dans la plupart des pays européens. Les cinq grands quotidiens francophones de Belgique, pour la plupart propriété de groupes de presse, reçoivent chacun plus de 1 million d’euros d’aide gouvernementale. Ces subventions sont conditionnelles aux respects des règles déontologiques. Le système de la Suède (où 88 % des adultes lisent un quotidien) repose sur des subventions qui s’adressent aux titres secondaires qui ont de faibles recettes publicitaires, d’une part, et aux grands journaux distribués par abonnements, et donc payants, d’autre part. Cette dernière subvention tend à privilégier la presse de qualité à faible tirage.

L’Autriche a créé un programme spécifique qui vise à l’amélioration de la qualité des publications en subventionnant par exemple la formation des journalistes ou le recrutement de correspondants étrangers. Le programme danois cherche explicitement à stimuler la production de contenus de grande qualité dans le domaine de la presse écrite. Aux Pays-Bas, les fonds consacrés à la presse sont prélevés sur les recettes publicitaires des chaînes de radio et de télévision. Dans plusieurs pays, on dénonce en effet la concurrence indue que les chaînes publiques largement subventionnées imposent sur Internet à la presse écrite de qualité.

En Europe, seuls l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et la Suisse (où une loi est cependant en préparation) n’ont pas de système d’aides directes à la presse. Certains de ces pays lui accordent néanmoins des taux de TVA ou des tarifs postaux avantageux. L’absence de programme de subventions en Grande-Bretagne est ce qui a poussé un quotidien comme The Guardian à solliciter des dons, avec un certain succès. Ce journal londonien distribué dans le monde entier est le seul exemple étranger qu’a évoqué l’éditeur de La Presse Guy Crevier mardi en conférence de presse.

Le passage au numérique

Dans tous ces pays, les modes de subvention ont d’abord essentiellement tenu compte de la presse imprimée, dont on a tenté de freiner le déclin. Avec pour résultat qu’en France, la presse en ligne ne perçoit qu’une infime partie des aides. De nombreuses propositions visent cependant à faire évoluer ces programmes afin de tenir compte des nouveaux médias d’information 100 % numériques ou de la diffusion mixte qu’ont adoptée la plupart des journaux traditionnels. Récemment, la Cour des comptes (le vérificateur général français) a proposé d’adapter les dispositifs d’aide en les fondant sur « une aide à l’exemplaire portant aussi bien sur ceux vendus au numéro et par abonnement, en version imprimée comme numérique ». Un dispositif qui exclurait une formule gratuite comme celle de La Presse.

Consciente que trop de jeunes ont tendance à ne s’abreuver que d’informations gratuites, la Cour des comptes souhaite favoriser leur éducation « à la lecture de la presse payante ». Elle évoque même une aide à l’abonnement numérique spécifiquement destinée aux jeunes. Récemment, l’homme d’affaires Xavier Fontanet proposait une loi permettant de déduire le coût d’un abonnement de son revenu imposable. « Avec un marché de la publicité qui est aujourd’hui phagocyté par Google et Facebook, il est normal que la presse de qualité s’appuie de plus en plus sur la contribution de ses lecteurs », estime Claude Chollet.

En France, comme dans la plupart des pays qui soutiennent la presse écrite, la gratuité qui s’est répandue dans les années 1990 n’est donc pas considérée comme faisant partie de la solution, mais bien des problèmes qui ont frappé la presse écrite depuis deux décennies.

Contrairement à la tendance générale, le Luxembourg a récemment accru ses aides à la presse gratuite en ligne. Les réactions ne se sont pas fait attendre. « Je suis inquiet du soutien toujours plus prononcé de médias gratuits par les deniers publics, disait Jean-Lou Simeck, ancien rédacteur en chef du Luxemburger Wort. C’est le cas de la télévision et de la radio, mais aussi de la nouvelle aide pour les médias en ligne. Or, une réelle indépendance ne devient possible que grâce à des lecteurs disposés à payer pour du journalisme. Car, en fin de compte, ce sera toujours l’intérêt de celui qui paie qui prendra le dessus. »

 

 

Voir l’article dans son contexte, sur le site du magazine québecois LE DEVOIR