Archive | octobre, 2018

Pistes de croissance – Chronique aux Echos

11 Oct

1024px-les_echos_logo-svg

On a assez peu parlé du récent congrès de l’Association des domaines skiables de France, qui regroupe l’ensemble des sociétés de remontées mécaniques, parce qu’il s’agit d’une « petite » profession de 17.000 personnes. Cette profession est pourtant un atout majeur pour notre pays, parce qu’elle tire l’industrie du ski, contributeur significatif à notre balance commerciale. Voilà encore un leader mondial français méconnu. Tout n’est pourtant pas facile ; le marché est plat depuis une dizaine d’années, en partie parce que les classes de neige, moyen par excellence de développement du marché, ont été abandonnées sous l’avalanche de normes de sécurité qu’on leur a imposées. Ce n’est pas facile, parce que nous avons deux redoutables concurrents, les Américains et les Autrichiens, dont les qualités d’accueil et de service sont proverbiales. Autres atouts autrichiens, leurs écoles mettent tous les enfants sur des skis et leurs écologistes ont compris que la neige de culture n’était pas une atteinte à l’environnement. La France a une carte splendide à jouer : elle dispose, grâce à son système de concession, des plus puissantes sociétés des remontées mécaniques au monde. La Chine se met au ski et va, à elle seule, redynamiser l’ensemble du marché. Il faut aider ces entreprises de remontées à conquérir le monde, car elles seront des promoteurs efficaces de nos propres stations. Ce métier est très lourd en capital, et une rentabilité décente suppose des marges confortables. Tout cela demande donc de la sagesse à notre sphère publique qui ne doit voir dans cette profession, en cette période où elle cherche l’argent par tous les moyens, une vache à lait qu’elle peut traire. Il faut au contraire qu’elle laisse ces sociétés réinvestir et leur simplifie la vie en les protégeant de la prolifération de normes en tous genres dont notre pays a le secret. Voilà encore une occasion de démontrer notre talent à nous, Français, et d’aller vers la prospérité que nous méritons tous.

Un nouveau modèle pour les données. Chronique aux Echos

5 Oct
1024px-les_echos_logo-svg

Les ratés de Facebook et le problème des fake news ne sont qu’un avant-goût de ce qui peut arriver tant que la gouvernance de l’utilisation des données n’est pas assez encadrée. Voilà une opportunité pour l’Europe de rattraper son retard dans le numérique. En ce qui concerne Internet, nos gouvernants européens ont une stratégie essentiellement fiscale. Ils ne prennent pas le problème à sa racine. Le modèle « tu me donnes tes données, je te donne mes applis » s’apparente à un troc gigantesque : si l’on prend l’exemple de Google, chaque client (il y en a 1 milliard) apporte aux actionnaires en moyenne 750 euros. Est-ce juste quand cela se produit à une telle échelle, et que cela permet de remonter les profits au niveau mondial pour les allouer là où l’on veut ?

En imposant que, sur le sol européen, chacun vende ses données et achète ses applis, on pourrait faire d’une pierre trois coups.

Premièrement, les clients européens (le quart de ceux de Google) ont permis de créer 250 milliards de valeur et Google n’est qu’un des acteurs concernés. Vu les masses en jeu, remonétiser le contrat de départ rapportera beaucoup plus que l’éventuelle taxation des profits localisés ailleurs. Deuxièmement, le contrôle des fake news sera facilité, puisque derrière chaque e-mail il y aura une personne ou une organisation qui devra montrer patte blanche. Troisièmement, il y a enfin une vraie segmentation stratégique à proposer aux internautes, avec un nouveau modèle : « je vends mon appli, mais je ne touche pas à vos données ». Ce serait une vraie opportunité pour de nouvelles start-up qui attireront des cerveaux américains et chinois en leur donnant une partie du capital de ces nouvelles entreprises. On pourrait même imaginer qu’elles donnent des stock-options aux premiers clients ! Si elles démarrent bien en Europe, elles prospecteront à leur tour en Chine et aux Etats-Unis, car il y a fort à parier qu’il va être de plus en plus difficile de contrôler correctement le traitement des données. En affaires, les carottes ne sont jamais cuites !