Archive | février, 2019

Une loi Pacte pour le secteur public ? Chronique aux Echos

12 Fév

1024px-les_echos_logo-svg

C’est bien de partir des faits, surtout dans un pays comme le nôtre où l’on se complaît dans les idées. Mais une somme de constats ne fera jamais une politique, elle conduira à mettre des emplâtres sur les problèmes sans s’attaquer réellement à leurs causes. Emerge du grand débat national l’idée que, derrière notre fiscalité excessive, se cache une augmentation déraisonnable de notre sphère publique. Encore derrière, une erreur conceptuelle de certains de nos économistes qui ont expliqué, pendant quarante ans, que la dépense publique stimulait l’économie, justifiant du « toujours plus » dans les promesses électorales. Un économiste peut hélas tuer aussi sûrement une économie qu’un médecin son malade s’il se trompe de diagnostic. Depuis cinquante ans, le monde a changé, il est devenu concurrentiel et, dans un monde concurrentiel, il faut être compétitif. La compétitivité n’est plus uniquement celle de la sphère privée, c’est la compétitivité consolidée (privé/public) parce que les coûts publics entrent dans les prix de revient de nos entreprises. Il faut remettre les choses à plat et commencer par une redéfinition des missions de la sphère publique. Une sorte de loi Pacte pour le secteur public, visant un recentrage sur le régalien – quitte d’ailleurs à ce qu’on en renforce certaines parties. Dans le domaine social, qui représente à lui seul 60 % du tout, on n’évitera pas un recalage sérieux de paramètres, comme le temps de travail consolidé sur toute la vie, ainsi que des conditions encadrant l’indemnisation du chômage… qui apparaissent comme une des causes de ce dernier. Il faudra enfin se poser la question du colbertisme, qui a empilé les strates de coûts dans la sphère régionale, diluant les responsabilités et complexifiant les décisions. Dans cette affaire, nous avons une chance : plusieurs pays comme le Canada, la Nouvelle-Zélande ou l’Allemagne ont fait des retournements spectaculaires, ramenant chacun leur sphère publique de 56 à 44 % du PIB sur une période de dix à douze ans. Chaque fois, leurs économies sont reparties. C’est simple, pourquoi ne pas faire comme eux ?

 

D’autres articles sur lesechos.fr

Civisme fiscal – Chronique aux Echos

5 Fév

1024px-les_echos_logo-svg

Le gouvernement veut s’assurer que les PDG des grandes sociétés dont le siège est en France paient leurs impôts dans le pays, on ne peut qu’être d’accord. Chacun de nos champions porte en quelque sorte l’étendard national (ou celui de l’Europe !), leurs PDG représentent plus qu’eux-mêmes à travers l’entreprise dont, pour un temps, ils portent la charge. Ils se doivent d’être citoyens.

Ceci étant dit, il faut tenir compte des réalités. Notre pays représente 5 % du PIB mondial, les leaders français sont d’actifs citoyens dans tous les pays du monde ; le travail des PDG les amène à passer de plus en plus de temps hors de France, il faut qu’ils soient là où l’entreprise réclame leur présence physique.

S’il n’est pas illégitime qu’ils paient une partie de leurs impôts là où ils passent effectivement leur temps, il n’est par contre pas acceptable que leur localisation et leurs déplacements soient conditionnés par de l’optimisation fiscale personnelle. C’est le devoir des conseils d’administration, aidés en cela par les commissaires aux comptes, de bien y veiller.

L’exhortation de notre gouvernement à payer les impôts en France sera d’autant plus justifiée que sa fiscalité sera exemplaire (ou au moins comparable à celle des voisins !) et que l’on inclura aussi dans l’affaire les sportifs et les artistes. Faute de le faire, on risque de jeter injustement en pâture un groupe d’hommes et de femmes dont l’immense majorité a un comportement en la matière tout à fait citoyen.

Il n’est pas ici question de donner des leçons à quiconque, mais il faut savoir que le sujet est complexe, que l’arsenal juridique existe et qu’un pays ne peut agir seul ; c’est en fait aux dirigeants eux-mêmes, sans qu’on les force, de construire, avec leur conseil d’administration, des comportements éthiques. Ca évitera des lois de circonstance et contribuera aussi dans cette période difficile à l’acceptabilité de l’économie de marché… qui en a, reconnaissons-le, grand besoin !

 

Plus d’articles sur le site lesechos.fr