Archive | juin, 2019

Conversation avec mon coiffeur

14 Juin

1024px-les_echos_logo-svg

Conversation lundi dernier avec mon coiffeur. « Vous savez, je comprends les ‘gilets jaunes’ avec leurs discussions sur les ronds-points et leur demande de vivre dignement de leur travail. Simplement, il y a un problème : ils voulaient taper sur le gouvernement et ce sont des commerçants comme nous qui se sont pris les coups, avec les baisses de chiffre d’affaires et les dégâts des ‘black blocs’. Je coiffe mes collègues commerçants, il y en a qui vont fermer… On dit ‘les assurances vont payer’, mais les cotisations vont monter et c’est nous qui allons sortir les sous. Vous avez vu les gens qui ont saboté les radars ? Eh bien, il faudrait prendre leurs appartements pour les forcer à rembourser la casse. Voilà une belle idée : punir, mais aussi exiger de réparer. »

Je pensais en moi-même, en cette année anniversaire des 50 ans de l’arrivée de Pompidou à la présidence de la République, à toutes les réformes que de Gaulle et lui avaient amenées. Ce qu’elles avaient en commun, c’est d’être structurelles. La participation transforme la relation de l’employé à l’entreprise ; le nucléaire (qu’on l’aime ou pas), c’était l’utilisation visionnaire d’une technique militaire au domaine civil de l’énergie ; le passage en concession de certains services du ministère de l’Equipement introduisait de la concurrence, et donc un contrôle naturel des coûts ; la capitalisation pour les retraites de certains fonctionnaires, c’était une façon élégante de financer l’économie et de sortir de l’impasse où nous conduit la répartition.

Aujourd’hui, c’est différent, on déshabille Paul pour habiller Jacques et on pratique le rabot ; mais les dépenses publiques ne baissent pas pour autant et le rabot, au bout du bout, ça rabote aussi l’esprit !

Une réforme structurelle serait de reprendre la suggestion de mon coiffeur et passer pour un certain nombre de délits de la punition à la réparation ; une évolution de la pratique de la justice qui permettrait une amélioration des comptes publics. L’idée serait certainement partagée par une majorité de la population ; le conseil constitutionnel veillerait au grain pour éviter les dérives. Morale de cette petite histoire : nos législateurs devraient chaque année prendre langue avec les coiffeurs. Nous avons peut-être avec eux, sans le savoir, un des réseaux sociaux les plus efficaces pour tâter le pouls de la population et collecter au passage des idées fécondes.

 

Retrouvez d’autres articles sur le site www.lesechos.fr

La grande interview avec Jean Marc Sylvestre

13 Juin

Terres rares : l’Europe a une carte à jouer – Chronique aux Échos

11 Juin
1024px-les_echos_logo-svg

Après la décision de Google de priver Huawei de ses logiciels (induite par un décret de l’administration Trump), Xi Yinping s’est empressé d’aller visiter une mine de cobalt au fin fond de la Chine… façon de rappeler que la Chine détient la majorité des ressources de terres rares et a les moyens de répondre de façon très efficace à la menace américaine. Difficile de trouver dans la campagne pour les Européennes un candidat proposant de lancer un grand projet visant à doter l’Europe d’une industrie d’extraction des nodules polymétalliques capable de défier, avec une technologie nouvelle et respectueuse de l’environnement, le monopole chinois.

Il est évident que, si les voitures électriques se développent, si le solaire continue sa percée et si l’électronique poursuit sur sa lancée, l’industrie des batteries va tutoyer à 25 ans en termes de taille celle du pétrole. À taper sur le diesel (après l’avoir poussé pendant vingt-cinq ans), nos politiques ont oublié de rappeler que les leaders mondiaux de l’automobile sont européens, si on ajoute les Allemands (Volkswagen est leader en Chine), les Français (qui ont un pied au Japon avec Nissan) et les Italiens (qui ont un pied aux États-Unis avec Chrysler). C’est à la fois un atout énorme, mais aussi un danger si les Chinois jouent avec les terres rares.

Si De Gaulle et Adenauer étaient encore de ce monde, ça ferait belle lurette qu’ils auraient lancé l’Airbus des batteries : la France apportant son domaine maritime de 10 millions de km² ; les Anglais (gardons-les en Europe) les plus grandes entreprises minières, les Néerlandais, les leaders mondiaux en termes de dragage, sans compter que l’Europe abrite quelques-unes des plus grandes sociétés pétrolières mondiales, dont Total, champion en matière d’exploration. Les savoir-faire… l’Europe les a ! Elle avancera avec de grands projets. Dans cette affaire, on ne part pas de rien puisque, depuis cinquante ans, des organismes français (Ifremer, CEA) ou allemands (Inco) ont travaillé le sujet ; avec les progrès technologiques et avec la montée prévisible du prix des terres rares, ceux-ci vont dégager des marges et, une fois enclenchées, les courbes d’expérience vont descendre et baisser les coûts… Mais pour que ça marche, encore faut-il quelqu’un qui tienne la barre.

 

Retrouvez d’autres article sur le site www.lesechos.fr