Un champion, ça se paye. Edito aux Echos

1 Mar

Si on leur dit : « Carlos Ghosn », 90 % de nos compatriotes vont répondre « salaire excessif ou indécent ». Si on peut comprendre qu’une telle différence avec les revenus des citoyens peut choquer, car nous ne sommes pas dans le monde anglo-saxon – où cela est admis -, il ne faut pas pour autant passer à côté de la fabuleuse histoire en train de s’écrire dans un des plus gros métiers mondiaux. Renault a annoncé des résultats splendides et a fait son entrée dans le carré des leaders. La structure de l’industrie automobile est simple : si l’on sort le haut de gamme, il y a quatre leaders autour de 10 millions de voitures (Toyota, Volkswagen, GM et Renault-Nissan) ; trois moyens autour de 5 millions (Hyundai, Ford et Chrysler) ; suit PSA à 3 millions, puis le peloton s’étire.

Quatre acteurs ex aequo, ce n’est pas une situation stable. La structure concurrentielle va évoluer jusqu’à l’émergence d’un leader net, comme c’est le cas dans toutes les industries.

Renault-Nissan est bien placé pour être ce leader. Le « dieselgate » va freiner VW : GM est revenu dans la course, mais a un gros problème en Europe et, s’il y vend, il recule ; Toyota va avancer, mais au rythme de sa rentabilité diminuée du dividende, car on ne le voit pas se marier. Renault-Nissan peut, lui, accélérer grâce à son modèle d’alliance maintenant bien rodé. En outre, Renault a deux autres atouts : sa stratégie low cost, initiée par Louis Schweitzer, qui commence à porter ses fruits, et son engagement dans le 100 % électrique. Voilà encore un domaine où une entreprise d’origine française peut devenir leader mondial, ça mérite d’être salué.

Que cela plaise ou pas, le talent des PDG fait une énorme différence. En cette période de concurrence, il faut un champion à la tête de chaque entreprise, et pour les entreprises mondiales, il faut des champions mondiaux. Les salaires de Ronaldo et de Messi (sans parler de ceux des boxeurs et des basketteurs) sont déraisonnables, mais admis. Le dixième de ces salaires ne passe pas pour ces patrons champions… Pourquoi ?
En savoir plus sur le site lesechos.fr

%d blogueurs aiment cette page :