Le moteur de la croissance – Chronique aux Echos

26 Jan

1024px-les_echos_logo-svgxavier-fontanet-lesechos

Trois étoiles du CAC 40, Air Liquide, L’Oréal et Essilor, viennent de se rappeler à notre attention par des investissements, des alliances et des développements majeurs. En ces temps de stagnation et d’incertitude, ces trois entreprises – dont une que j’ai eu l’honneur de présider -, rappellent qu’un développement prospère et durable est possible quand on conjugue qualité des choix, effort et détermination.

Elles sont, toutes les trois, parties d’inventions 100 % françaises et ont conquis la planète grâce au travail de générations entières d’employés et de dirigeants ; elles sont au coeur du processus de recherche, de développement et de la transformation de notre monde.

Si on analyse leur parcours sur vingt-cinq ans, on constate que ces entreprises ont multiplié leur taille par plusieurs multiples de dix. Le moteur de la croissance, c’est elles !

Leur capitalisation correspond à peu près au PIB de 8 départements français, c’est dire le levier qu’elles représentent pour les régions où elles sont actives.

Ceux qui voyagent se rendent bien compte que ces entreprises sont les ambassadeurs des talents français, mais des ambassadeurs courtisés par tous les pays qui rêvent de les voir installer leur siège social, un jour, chez eux.

Malgré leurs exploits, ces entreprises sont en général mal comprises. Certains vont jusqu’à parler du « mur de l’argent » ou d’ « ennemi », ils justifient ainsi des fiscalités punitives et complètement décalées avec ce qui se pratique ailleurs dans le monde.

Il est vrai que l’efficacité de ces très grandes entreprises et leur couverture géographique forcent les sphères publiques à l’excellence mondiale, et certains ne l’apprécient pas ! Mais il ne faut pas oublier que derrière ces entreprises il y a des hommes et des femmes qui, pour donner le meilleur d’eux-mêmes, ont besoin de support moral et de reconnaissance. Le jour où chacun de nos concitoyens l’aura compris, les choses iront peut être un tout petit peu mieux.

XAVIER FONTANET
En savoir plus sur le site des échos

%d blogueurs aiment cette page :