La chronique aux Échos : l’actionnaire français, espèce menacée.

7 Mai

les-echos-fontanet

Tout le monde se plaint de la complexité du droit du travail, eh bien, il y a pire en France ! L’Ansa (*) vient d’étudier l’évolution sur vingt-cinq ans des prélèvements fiscaux et sociaux sur le capital mobilier (les actions). La complexité du calcul des impôts dans ce domaine atteint des proportions inimaginables, au point qu’on trouve des cas où les taxes peuvent être, fait unique au monde, plus élevées que les revenus !

Le diagnostic, lui, est simple et sans appel : la charge globale a doublé sur vingt-cinq ans et se situe 100 % au-dessus de la moyenne de l’OCDE. Pour tout arranger, nous sommes les seuls à avoir gardé et augmenté l’ISF quand tous les autres pays l’ont supprimé. La réaction de cette furie fiscale ne se fait pas attendre ; les recettes dans des domaines où on a le plus tapé ont été beaucoup plus basses que prévu (- 46,8 % en 2013 dans le cas des plus-values). Tout aussi grave, on constate une division par deux du nombre des actionnaires individuels de nos sociétés cotées (on parle de 4 millions de personnes, ce n’est pas une paille). Il n’est pas surprenant de voir des merveilles comme Lafarge et Alcatel se faire cravater tous les six mois. Que va-t-il se passer à l’heure des successions de nos fleurons familiaux, Dassault, Bouygues et autres ?

On ne peut dissocier la marche de l’économie de la fiscalité de l’entrepreneur et de l’investisseur, qui portent le risque de l’investissement ; activité et capital sont liés comme la coque et le gréement d’un voilier ou comme le corps et le mental d’un grand sportif. Quand, par une fiscalité excessive, on empêche le capital de grandir, c’est l’activité qui trinque ; on est le seul pays à ne pas l’avoir encore compris.Pas la peine d’aller chercher beaucoup plus loin pourquoi l’économie ne redémarre pas en France, alors que l’environnement mondial s’est amélioré.

Retrouvez l’article dans son contexte, sur le site des echos

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :