Un test régional pour les réformes – Chronique aux Echos

19 Juin

les_echos

les-echos-fontanet

Pour tester la régionalisation et réduire la dette du pays, le gouvernement devrait s’inspirer de la méthode du LMBO (« leveraged management buy-out », rachat d’une entreprise par ses salariés). Une région, (disons 3 départements, soit 3 % du pays), décidée à bouger les lignes (on y travaille 42 heures par semaine, on y prend sa retraite à 67 ans, on y traque toutes les petites tricheries, on y réduit la bureaucratie), reprendrait sous sa responsabilité le social et une partie de la sphère publique (justice, police, éducation, équipement), ainsi que sa part de la dette.

L’idée sera de faire un test de réforme profonde au niveau régional. Si elle a un PIB de 60 milliards, elle reprendra pour 60 milliards de prêts (la dette publique étant à 100 % du PIB).

Elle versera à l’Etat des royalties de 3 % pour payer sa part de défense, gouvernement et affaires étrangères – il s’agirait bien d’un test, et pas d’une sécession. On appliquera une politique à la Schröder pour le social et s’inspirera pour le régalien de la gestion des cantons suisses. Le poids de la sphère publique passera de 57 % (notre taux actuel et ce qu’il était en Allemagne en 2003) à 44 % (le taux outre-Rhin aujourd’hui). L’économie sera ainsi de 13 % du PIB, 3 % seront envoyés à l’Etat central, resteront 10 %, soit 6 milliards, pour rembourser la dette.

Tout le monde sait que la situation actuelle, résultat de quarante années de surinvestissement dans la sphère publique, n’est plus tenable. Réduire un investissement à rendement négatif est rentable, ce qu’ont montré de nombreux pays. Les entreprises refleuriront comme elles l’ont fait partout où l’on s’est réformé.

La centralisation empêche l’expérimentation sur le terrain alors que celle-ci est toujours source de progrès. Pour que ça marche, il faut trouver une région qui remette les valeurs du travail au centre de son action avec des gens prêts à l’assumer, dans le privé et le public, du haut en bas de l’échelle sociale. S’il s’en trouve une, sommes-nous prêts à lui faire confiance pour y lancer un test ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :