Les rendez-vous manqués de la décentralisation

4 Déc

les_echos

les-echos-fontanet

Les débats sur l’ouverture des magasins et les rythmes scolaires sont la marque d’une société trop centralisée. On légifère dans un grand détail, alors que les situations sont très variées dans le pays et que l’environnement bouge tout le temps. Difficile, alors, de tirer juste à moins d’être génial. Il est pourtant un moyen simple pour prendre les bonnes décisions dans les cas complexe : l’expérimentation, et une structure idéale pour le faire : la régionalisation. Hélas, cette dernière n’a pas concerné l’Etat régalien comme dans d’autre pays. Elle a été trop souvent pour lui l’occasion un peu facile de passer aux « régions » des responsabilités secondaires sans transférer les moyens afférents. On a ainsi créé des doublons, et à l’arrivée le total de l’administration territoriale coûte 250 milliards d’euros par an. Les partis nationaux s’en sont emparés – le contraire même de l’esprit de décentralisation -, avec pour résultat de compliquer la vie des opérationnels de terrain, les maires. Qu’a apporté au pays ce millefeuille si l’on tient compte du gigantesque impôt qu’il faut lever chaque année pour le financer ? Aurait-on décentralisé, comme les Suisses, les choix sur les rythmes scolaires, qui dépendent des cantons, ou, comme les Allemands, les décisions concernant l’ouverture de magasins, logées au niveau des régions, nous aurions alors une base d’expérimentation permettant d’améliorer les décisions et de baisser les coûts de fonctionnement de la société. Le système concurrentiel de la sphère privée est fait d’inventions et de généralisation des pratiques efficaces. Pour les entreprises, c’est une affaire de survie. La sphère publique n’a pas cette stimulante problématique existentielle, mais elle peut (au moins !) prendre de bonnes idées ailleurs : on verra alors que laisser les initiatives à la base améliore la décision et baisse les coûts, mais aussi provoque le dynamisme des régions… ce dont le pays est le premier bénéficiaire.

Les Echos 2013 – Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :