Un vrai projet d’avenir : alléger la sphère publique !

4 Oct

les_echos les-echos-fontanet

Le gouvernement a annoncé 34 projets d’avenir, sous l’appellation ronflante de « plans de reconquête industrielle ». Soit ! Mettons en regard les 3,7 milliards qui leur sont consacrés et les 3.000 milliards d’euros d’actifs des entreprises privées non financières : on n’est pas dans le bon ordre de grandeur, pas plus qu’avec la BPI et ses 20 milliards de capitaux propres.

Sans compter que cet argent a été pris par l’impôt : on injecte du sang au malade, le lui ayant auparavant prélevé, tout en en gardant au passage pour nourrir un coûteux appareil d’Etat. Plus on aide, plus on épuise !

Le vrai sujet, c’est de dynamiser l’ensemble des entreprises et des entrepreneurs en réduisant leurs impôts. Tapez sur Wikipédia : « dette publique de la France » et regardez. La dette était quasiment nulle en 1973, elle atteint 1.800 milliards d’euros, tous nos budgets depuis quarante ans étant en déficit. Le corollaire de tout cela est la montée de la sphère publique : 27 % du PIB en 1973, 57 % en 2013 ! Triste record du monde, comme pour les charges et les impôts.

La croissance était de 5 % a l’époque, elle est nulle aujourd’hui ; les temps ont changé mais comment l’attelage des entreprises françaises peut-il avancer avec une telle charge ? La croissance des pays moins endettés montre que l’on peut très bien avancer en ces temps plus difficiles. Le président Hollande demande de faire un plan à vingt-cinq ans, les Français répondent par un ras-le-bol fiscal, qui devrait faire comprendre aux syndicats et aux politiques de gauche et de droite qu’il faut alléger la sphère publique. Visons pour elle la moyenne de l’OCDE : 45 % du PIB. C’est 200 milliards d’économies à faire, 20 % de la sphère publique, le coût de nos régions (qui n’existaient pas en 1973). Un tel gain de productivité est possible, des pays l’ont fait. Il permettrait de retrouver un excédent qui rembourserait la dette. Faisons confiance à la sphère publique pour se réinventer, aux syndicats pour être raisonnables, et les entrepreneurs sauront donner toute leur mesure !

Les Echos 2013 – Tous droits réservés

www.lesechos.fr

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :