Archive | septembre, 2013

Bons sens et humilité…

15 Sep

Les 25 ans , Davos et Pompidou.

Pour se projeter sur les 25 ans qui viennent, revenons sur les 40 dernières années. Pourquoi ? Parce que c’est à ce moment que nous à quitte le regretté président Pompidou pour qui une sphère publique se devait être régalienne et cantonnée à 27% du pib.1973, c’est la fin du pétrole bon marché, mais surtout  le consensus de la gauche comme de droite de recourir a « l’investissement public ». En 1973 le budget était en équilibre , la dette de l’état nulle , le PIB par tête au 7eme rang mondial ; notre commerce extérieur était équilibre.2013 , notre commerce extérieur  représente aujourd’hui un trou de 3% du PIB ,le PIB par tête est descendu au 30eme rang mondial , le chomage grimpe, la dette de l’état représente deux années de recettes fiscales ,le déficit au moins 10% des recettes de la sphère publique qui dépasse …57% du PIB (quasi record dans les pays développés) .Davos confirme la glissade  et nous place dans les choux en matière de fiscalité et d’organisation du marché du travail … A ceux qui disent que le problème vient des entreprises (et donc du prive) on répondra que les entreprises françaises marchent bien sur le terrain mondial  alors que celles qui sont restées sur le terrain local souffrent ; le problème vient donc du terreau français, idée confirmée par l’étude Ernst and Young sur les investissements étrangers en France . Pas la peine d’être grand clerc ou economiste pour conclure que la rentabilité de l’investissement public est catastrophique ,si on juge les résultats sur 40 ans ; il a cassé la croissance du pays ,crée des déficits publics ,fait exploser le chomage et nous a collé une énorme dette.La solution est de désinvestir de ce qui n’est pas bénéfique pour le pays (c’est du simple bon sens). Pour les 25 ans a venir ? Revenir à une sphère publique dans la moyenne de l’OCDE (46% du PIB), c’est 200 milliards d’efficacité à trouver, d’autres l’ont fait et se portent mieux que nous aujourd’hui, regardons les faits, soyons humbles et prenons exemple sur eux.

 

 

Intérêt particulier

14 Sep

« Ceux dont la mission est de formuler les règles de juste conduite ne devraient pas s’occuper des objectifs momentanés et particuliers du gouvernement. »

Hayek

Citation 13 Sep

« mon désir n’est pas de rendre les riches plus pauvres mais les pauvres plus riches »
Tony Blair

Les inégalités

12 Sep

« La vie travaille pour les inégalités, l’Homme essaye de les réduire, mais c’est tout ce qu’il est capable de faire; mais il n’a pas la possibilité de les annuler et d’ailleurs, il est bon qu’elles ne puissent pas disparaître, sinon plus personne ne ferait d’effort pour être mieux que les autres et il n’y aurait plus de progrès. ».

De Gaulle

Citation 10 Sep

« ceux qui veulent prendre aux uns pour donner aux autres brisent le lien social ».
Cicéron

30 leçons de stratégie en vidéo sur iPhone

10 Sep

La stratégie accessible à tous les possesseurs d’iPhone.
30 leçons de stratégie en vidéo pour vous familiariser, vous et vos proches, avec ce domaine passionnant.

Inline image 1

Application iPhone. 4,49 euros. Disponible sur l’Appstore.
LIEN ITUNES POUR LE TELECHARGER: (en wifi. C’est trop lourd pour la 3G)

PLUS D’INFOS CHEZ L’EDITEUR :
http://www.leseditionsmerveilleuses.com/

De Gaulle

6 Sep

« Mais enfin, nous sommes dans un pays curieux; nous faisons des courses de chevaux en appliquant des handicaps aux meilleurs,sous prétexte que les tocards ne courent pas assez vite et qu’il faut punir les cracks. »

Jean-Marie Colombani invite Xavier Fontanet sur public sénat

6 Sep

public-senat

Cliquez ici pour voir la vidéo Xavier Fontanet public Sénat

L’interview commence à 12:52

Edito des Échos du 5/09/2013 – Révisons nos classiques

6 Sep

l edito de xavier fontanet aux echos 5 septembre 2013

l edito de xavier fontanet aux echos 5 septembre 2013

 

POUR LIRE LE TEXTE :

En cette période de rentrée scolaire, nos dirigeants politiques feraient bien de relire quelques formules de leurs illustres prédécesseurs. « On considère le chef d’entreprise comme une vache à traire ou une personne à abattre, peu de gens voient en lui le cheval qui tire le char. » (Winston Churchill)

« Le gouvernement perdrait le soutien du peuple s’il sanctionnait les entrepreneurs à cause de leur réussite. » (Deng Xiaoping) « Le profit doit être encouragé, il est l’investissement de demain et l’emploi d’après-demain. » (Gerhard Schröder)

« Le courage pour l’entrepreneur est l’esprit d’entreprise et le refus de recourir à l’Etat ; est chef celui qui procure la sécurité en prenant sur lui tous les risques de l’entreprise. » (Jean Jaurès).

« On ne peut pas aider le salarié en anéantissant l’employeur, on ne peut créer la prospérité en décourageant l’épargne. » (Abraham Lincoln).

Tous ces hommes d’Etat n’étaient pas des entrepreneurs. Ils avaient pourtant compris leurs valeurs et leur rôle dans la société – la confiance, mère du développement, régnait. Quand on n’explique pas qu’un entrepreneur, qui peut devenir riche, met en fait sa richesse en risque pour employer ses collaborateurs et maintenir l’outil de travail au meilleur niveau. Quand, malgré le service rendu à la société, son capital et ses revenus sont taxés plus que le travail et que s’il entreprenait dans un autre pays. Quand on continue de dépenser plus qu’on gagne alors que les taux d’impôts sont les plus élevés au monde, faut-il s’étonner (les Français étant des gens intelligents) que l’investissement chute, que l’économie stagne et que le chômage augmente ? On n’attend pas d’un président qu’il reste sur son programme électoral, mais que, face aux réalités, il prenne les bonnes décisions pour le pays. On ne sortira pas la France de l’ornière sans ses entrepreneurs. Ceux-ci n’ont pas besoin de subventions mais d’une fiscalité raisonnable, comme les graines ont besoin d’un sol fertile pour grandir. La loi de Finances 2014 doit permettre à ceux qui investissent et entreprennent de savoir qu’ils récolteront en cas de succès le juste fruit de leur effort.

Xavier Fontanet

Les Echos du 5 septembre 2013 – Tous droits réservés

Voir le site des Echos